Delphine de Vigan, « D’après une histoire vraie »

Histoire vraie

Présentation de l’éditeur

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain.Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais rencontrer. »
Dans ce roman, Delphine de Vigan raconte l’histoire d’une amitié. Séduction, dépression et trahison sont les trois temps de ce récit qui entraîne le lecteur dans les coulisses de la création, là où le doute, les apparences et les faux-semblants tendent un piège redoutable. Qui est le maître du jeu ?
« Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi. »

6 sur 10

Mon avis, en quelques mots

Après avoir été totalement hypnotisée par Rien ne s’oppose à la nuit, j’ai lu tous les romans publiés de Delphine de Vigan, et si l’électrochoc n’est plus revenu, j’adore néanmoins la grande sensibilité, la beauté et la fluidité de la plume de Delphine de Vigan. Quand j’ai entendu que son dernier livre ferait partie des 589 ouvrages de la rentrée littéraire, je n’ai pas tergiversé longtemps avant de l’acheter, bien que le thème principal – la manipulation psychologique – ne m’attire pas tellement.

C’est un avis en demi-teinte, que je vous livre ici. Je suis la première surprise, mais je n’ai pas grand chose à dire de ce roman.

D’un côté, j’ai beaucoup aimé les questions soulevées par le roman quant à la littérature, à la fiction, au processus d’écriture. Quelle est la place de la réalité dans la fiction? Où se situe la frontière entre vérité et réalité? Qu’est-ce qui émeut, qu’est-ce qui transporte les lecteurs et les lectrices? Ces questionnements étaient passionnants, mais je me suis souvent portée en faux quant au réponses. Si cela m’a confortée dans ma vision de la littérature, ces positionnements m’ont aussi régulièrement agacée (certainement, entre autres, parce qu’ils sont exprimés par L., qui est un personnage détestable). J’aurais aimé me sentir bien plus nourrie par ces réflexions.

J’ai beaucoup aimé la façon dont la narratrice raconte comment L. tisse sa toile autour d’elle, avec minutie, de façon lente et insidieuse. La tension augmente à mesure que les pages se tournent. Cependant, j’ai très vite deviné la fin, et je n’ai donc pas eu la surprise dont parlent les critiques, qui évoquent un twist final brillant et inattendu, et mon plaisir de lecture est retombé comme un soufflé.

En bref, j’ai, comme d’habitude, beaucoup aimé l’écriture parfaitement maîtrisée de Delphine de Vigan ainsi que les passages métafictionnels , mais l’intrigue ne m’a pas assez surprise à mon goût, et ce roman s’est, au final, avéré être une petite déception.