Hanya Yanagihara, « Une vie comme les autres »

Aujourd’hui, j’ai envie de vous donner envie de lire un livre très épais – plus de 800 pages – qui ne repose pas sur une intrigue palpitante et qui relate des faits horribles. Mais qui est superbement bien écrit et terriblement émouvant. Gueule de bois littéraire assurée mais promis, ça vaut le coup.

(N.B.: Les p’tites étoiles, c’est mon plaisir, mon émotion lors de la lecture, pas l’évaluation de la qualité du livre!) Lire la suite

Jonas Gardell, « N’essuie jamais de larmes sans gants »

gardell-blog-gantsEn 2016, j’ai lu 50 livres. J’en ai adoré sept. Et puis il y a eu N’essuie jamais de larmes sans gants , et… j’ai été émerveillée. À chaque page, du début à la fin. Le coeur qui battait, la gorge qui se serrait face à un texte tellement bouleversant. Je vous l’ai déjà dit, je pleure de temps en temps de chagrin, de rage parfois, mais pas d’émotion. Je n’ai pas pleuré, je n’ai pas sangloté en lisant ce livre, mais je n’ai pourtant presque jamais ressenti physiquement une émotion littéraire aussi intense.

Lire la suite

Clémentine Beauvais, « Songe à la douceur »

songe-a-la-douceurTroisième et dernier ouvrage de la série « trois coups de foudre en trois jours », Songe à la douceur est une merveille littéraire à côté de laquelle je n’ai pas du tout envie que vous passiez, même si vous ne la trouverez qu’en rayon de littérature jeunesse. Parce qu’il n’y a pas d’âge pour aimer, encore moins pour lire l’amour, surtout quand il est raconté avec ces mots-là. Venez, j’ai envie de vous convaincre. Lire la suite

Serge Joncour, « Repose-toi sur moi »

repose-toi-sur-moiFin août, je suis tombée amoureuse. Trois fois. En trois jours, j’ai lu trois romans magnifiques dont je ne me suis pas encore totalement remise. Trois romans qui m’ont tellement surprise, chavirée, émue, bouleversée que… que je ne savais pas comment vous en parler. Comment vous dire l’amour sans être guimauve, vous transmettre l’émotion sans être mièvre, et vous convaincre, aussi. Parce que ces trois perles-là, j’ai envie que plein de gens les lisent. Parce que c’est trop beau, parce que depuis janvier, je n’avais eu qu’un réel coup de coeur (Amours de Léonor de Récondo), et qu’alors trois claques littéraires bouffées en trois jours, ça m’a tellement surprise que j’en suis restée sans voix, sans mots pour vous en parler. Mais je n’y tiens plus, de garder tout ça pour moi.10 sur 10

Lire la suite

Leïla Slimani, « Chanson douce »

Chanson douceRentrée littéraire 2016

Ce  livre, je n’ai pas attendu d’en entendre parler dans les médias avant de le lire. Le titre m’a attirée, la quatrième de couverture encore plus.

 
envie

Extrait de la quatrième de couverture

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Lire la suite

Luca di Fulvio, « Le gang des rêves »

Rentrée littéraire 2016 Gang des rêves blogJ’ai rencontré Le gang des rêves dans une librairie que j’aime beaucoup fréquenter. Le livre au sommet de la pile portait une étiquette en forme de coeur, avec le prénom de la libraire qui le recommandait. J’ai trouvé la photo de couverture magnifique, mais la présentation au verso ne me suffisait pas. Un gros pavé de 700 pages, ça ne s’acquiert pas à la légère. J’ai la chance de pouvoir rencontrer Margaux, qui a consacré un moment de sa pause à m’expliquer pourquoi elle avait tant aimé ce livre. Aujourd’hui, c’est un peu son avis, que je vous livre. Parce que tout ce qu’elle m’a dit pour me convaincre de lire ce livre est vrai. Tout.

Lire la suite

Joyce Maynard, « Long week-end »

Labor day blogToutes les découvertes littéraires ne sont pas toujours le fruit de hasards poétiques et merveilleux. J’avais envie de découvrir l’oeuvre de Joyce Maynard depuis longtemps, j’ai vu que ce livre enthousiasmait les lecteurs et lectrices. La photo de Kate Winslet sur la couverture de la version originale a fini de me convaincre. Si cette toute grande actrice est dans un film, le livre qui l’a inspiré ne peut être que bon. J’ai eu envie, et moi, je suis un peu comme Oscar Wilde (oui oui, rien que ça): « Je peux résister à tout. Sauf à la tentation. »8 sur 10 Lire la suite

Marie-Claude Vincent, « À demain, Lou »

Lou blog 9 sur 10
D’abord il y a eu Margot, chien fidèle parmi les fidèles. J’avais à peine deux ans et demi, et quand elle est partie, j’ai continué, un moment, à chercher sa présence réconfortante. Je devais avoir 9 ans quand ma grand-mère adoptive est morte. Plus jamais. J’avais une conscience aigüe de la mort, et pourtant, son caractère définitif m’échappait un peu. Je me surprenais à penser, un quart de seconde, qu’à la fin de plus jamais, quand-même, elle reviendrait. Un quart de seconde d’espoir avant de me dire « bah non, plus jamais, c’est plus jamais. » Je n’ai pas de soeur. Pas de soeur de famille qui soit la fille de mes parents, en tout cas. Je ne saurai jamais cette perte-là. Pourtant, quand j’ai entendu parler d’À demain, Lou, je n’ai pas hésité bien longtemps avant de me l’offrir et d’en commencer la lecture. J’avais envie d’un livre qui parle de chagrin, qui mêle l’innocence de l’enfance à sa lucidité, et au moment où j’écris ces lignes, je n’ai pas fini ma lecture, mais déjà, je peux vous dire que je ne me suis pas trompée. Lire la suite