Yvan Calbérac, « Venise n’est pas en Italie »

Venise blog10 sur 10J’ai mis du temps à oser m’acheter ce roman : déjà, parce que j’en ai déjà pas mal à lire et que franchement, en acheter un de plus, ce n’est pas raisonnable. Sauf qu’être raisonnable, je trouve ça très ennuyeux, et j’ai abandonné l’idée depuis quelques années. Ensuite, même si la quatrième de couverture le présente comme un subtil mélange de La vie devant soi (que j’ai beaucoup aimé) et le film, cultisme pour moi, « Little Miss Sunshine », j’avais très peur d’être déçue. Je l’ai pris, remis, je suis partie, revenue, ai hésité encore un peu, l’ai finalement acheté, puis dévoré en une nuit presque blanche et un morceau de journée. Et qu’est-ce que je l’ai aimée, cette pépite ! Même avec le recul, six semaines après l’avoir terminé, m’on avis n’a pas changé.

envie

Quatrième de couverture
Émile a quinze ans. Il vit à Montargis, entre un père doux-dingue et une mère qui lui teint les cheveux en blond depuis toujours, parce que, paraît-il, il est plus beau comme ça. Quand la fille qui lui plaît plus que tout l’invite à Venise pour les vacances, il est fou de joie. Seul problème, ses parents décident de l’accompagner… C’est l’histoire d’un adolescent né dans une famille inclassable, l’histoire d’un premier amour, miraculeux et fragile. C’est l’histoire d’un voyage initiatique et rocambolesque où la vie prend souvent au dépourvu, mais où Venise, elle, sera au rendez-vous. Un roman où l’humour se mêle à l’émotion, dans la lignée de « La vie devant soi » de Romain Gary, de « L’attrape-coeurs » de J. D. Salinger, ou du film « Little Miss Sunshine ».

Mon avis

Dès les premières lignes, le ton est donné : Émile, le narrateur, nous livre le contenu du journal intime qu’il remplit jour après jour. Il a une écriture orale et spontanée. Il ne se contente pas de raconter les événements qui font l’objet du roman, il partage aussi sa vision de ses parents, de la vie, de l’amour, des relations… À la fois hilarant, vitriolique et très poétique, ce texte dévoile la sensibilité à fleur de peau du jeune protagoniste en mêlant humour et émotion.

Et des émotions, j’en ai ressenti. Un paquet, même (et je vous ai déjà dit, si je lis, c’est principalement parce que j’ai envie d’être émue, chamboulée, alors vous imaginez bien le plaisir que m’a procuré cette lecture).

D’abord, j’ai ri. Beaucoup, fort, pour de vrai. Des « Hahaha » que je n’avais aucune envie de retenir. Même dans le bus quand c’est presque la honte d’exister un peu plus fort que les autres. Même toute seule chez moi, sans personne avec qui partager ces éclats de rire. Je me suis marrée comme une baleine, presque du début à la fin, parce qu’à chaque phrase, Émile arrivait à me surprendre. Malgré la spontanéité de son écriture, l’adolescent pose un regard très juste et sensible sur le monde qui l’entoure, mais il l’exprime avec humour, avec des mots tous simples qui pourraient presque faire croire qu’il dit n’importe quoi. Mais pas du tout. Et c’est justement ça, que j’ai trouvé si plaisant et qui m’a donné envie de poursuivre ma lecture, malgré les heures trop tardives, malgré les choses à faire : m’apercevoir que je n’étais pas en train de lire une simple comédie de mœurs.

Il y aurait pourtant de quoi croire que ce n’est que ça : imaginez l’adolescent au QI un peu supérieur à la moyenne, qui écrit son journal intime, qui habite dans une caravane en face du terrain que ses parents attendent de pouvoir bâtir… Ce pauvre adolescent qui devait faire seul un voyage à Venise et doit se coltiner son père, doux dingue exubérant, mi-VRP, mi-philosophe (à ses heures et à sa façon), sa mère qui le teint en blond depuis toujours parce qu’apparemment, il est plus beau comme ça, une mère, donc, qui l’aime forcément, mais a des manières très peu conventionnelles de le lui montrer, et dont la main de fer ne permet pas toujours de percevoir un gant de velours. Et puis son frère, militaire qui a une sacrée propension à enchaîner les conneries, un brut de décoffrage qui pourtant n’est dénué ni de sensibilité ni de gentillesse.

C’est justement dans tous ces « pourtant » que réside la nuance qui a fait que ce livre n’est pas simplement un vaudeville jubilatoire, mais une vraie comédie dramatique.

Déjà, aussi fous soient-ils, les membres de la famille d’Émile sont tous bien plus nuancés qu’il n’y paraît au premier regard. Je ne vous dirai pas vraiment comment je le sais (je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir d’une lecture que je vous recommande de tout mon cœur) mais chacun, chacune a ses blessures, ses failles, son humanité, sa bienveillance…

Ensuite, Émile est amoureux. Et, croyez-moi (ou souvenez-vous, c’est comme vous voulez), il y a peu de choses aussi belles et aussi douloureuses qu’être amoureux à 15 ans (ou même avant, ou même après, si vous voulez mon avis). Cette beauté, ce tourbillon d’émotions qui vous fiche un délicieux mal de ventre quand vous pensez à, quand vous croisez l’être aimé. Ces sentiments qui pourraient vous faire déplacer des montagnes… ou vous envoyer à Venise, en compagnie d’une smala dont vous vous seriez bien passés. Comme à chaque page, Émile parle de cet amour avec l’humour et la sensibilité qui lui sont propres. Voyez, plutôt :

“Elle n’est pas belle à en mourir, non, au contraire, elle est belle à en vivre. Parce qu’elle est vraie. Parce qu’elle respire, que son coeur bat. Parce qu’elle tressaille quand elle a froid. Parce que ses yeux brillent si fort.” (p.32)

conclusion

Jamais auparavant je n’avais lu de roman qui me fasse rire tout haut. En plus, je ne m’attendais pas à découvrir ce joyeux plaisir en lisant un roman qui m’émouvrait autant. Ce qui est fabuleux, c’est que le rire, le tragique, le beau… Tout ça se retrouve à chaque niveau dans ce roman : dans l’intrigue, dans le style, dans les personnages… Un mélange magnifique, jouissif, qui m’a toute chamboulée comme j’aime !

Publicités

3 réflexions sur “Yvan Calbérac, « Venise n’est pas en Italie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s