Yvan Calbérac, « Venise n’est pas en Italie »

Venise blog10 sur 10J’ai mis du temps à oser m’acheter ce roman : déjà, parce que j’en ai déjà pas mal à lire et que franchement, en acheter un de plus, ce n’est pas raisonnable. Sauf qu’être raisonnable, je trouve ça très ennuyeux, et j’ai abandonné l’idée depuis quelques années. Ensuite, même si la quatrième de couverture le présente comme un subtil mélange de La vie devant soi (que j’ai beaucoup aimé) et le film, cultisme pour moi, « Little Miss Sunshine », j’avais très peur d’être déçue. Je l’ai pris, remis, je suis partie, revenue, ai hésité encore un peu, l’ai finalement acheté, puis dévoré en une nuit presque blanche et un morceau de journée. Et qu’est-ce que je l’ai aimée, cette pépite ! Même avec le recul, six semaines après l’avoir terminé, m’on avis n’a pas changé.
Lire la suite