Claudie Gallay, « Les années cerises »

Gallay cerises blog

Il y a deux ans, Seule Venise m’a beaucoup touchée grâce à la douceur et à la mélancolie qui se dégageaient de la plume de Claudie Gallay. Quand je suis tombée sur Les années cerises, je suis immédiatement tombée sous le charme de ce titre qui évoque pour moi « le temps des cerises », des années d’insouciances, à la fois folles et pleines d’espoir. J’ai trouvé la présentation de l’éditeur magnifique, et je me suis jetée sur ce tout petit roman.

8 sur 10 Lire la suite

Maylis de Kerangal, « Réparer les vivants »

Vivants blog10 sur 10

J’aime bien les livres qui parlent de corps. Je veux pas dire la littérature érotique. Enfin, peut-être que j’aime, je sais pas. J’ai jamais essayé (sauf Fifty Shades of Grey qui est une sacrée fiente). J’aime bien les corps, en fait. J’aime bien choisir un corps, et me rappeler son odeur, son goût, sa douceur, ses rugosités. Alors les livres qui parlent de la peau, qui parlent d’humanité et d’émotions à travers la chair, ça me touche. La première fois, c’était avec Avoir un corps, de Brigitte Giraud, que j’ai lu il y a presque deux ans et que j’ai adoré.

Réparer les vivants, j’ai eu envie de le lire grâce à la très belle chronique vidéo (à partir de 4’20) réalisée par Le Rouquin Bouquine. Je me suis donc lancée et ai été éblouie dès les premiers mots. Oui, éblouie. Et ce qui est trop bien, c’est que ça a duré jusqu’à la fin. Lire la suite

Camille Anseaume, « Un tout petit rien »

10 sur 10Adolescente, je me suis projetée dans tout un tas de métiers. L’une des envies qui m’a le plus marquée, était de devenir sage-femme. Vous vous doutez, alors, qu’un roman qui parle peut-être de grossesse, ou peut-être d’avortement (je ne savais pas, au début du livre) ne pouvait que me faire envie. Je n’ai donc pas boudé mon plaisir et me le suis joyeusement laissé offrir lors de sa sortie en format poche, grâce à un partenariat avec un forum de lecture auquel je participe.

Lire la suite

Baptiste Beaulieu, « Alors voilà : Les 1001 vies des urgences »

Alors voilà10 sur 10

J’ai démarré ce livre en m’attendant à grignoter des chroniques drôles et légères sur le monde hospitalier. Après plusieurs lectures éprouvantes, je cherchais la facilité, la détente. J’ai eu la très jolie surprise de découvrir un livre bien plus profond que je ne pensais. Lire la suite

Delphine Bertholon, « Les corps inutiles »

Corps inutiles blog

J’ai découvert Delphine Bertholon il y a deux ans, en lisant L’effet larsen, un roman maladroit mais touchant, qui aborde la folie d’une mère à travers les yeux de sa fille adolescente. Je n’ai pas eu de flash, je n’ai pas vu la lumière en lisant ce livre, mais j’y ai perçu une telle sensibilité que j’ai eu envie de découvrir d’autres oeuvres de cette auteur, sans pour autant franchir le pas. Jusqu’au jour où j’ai entendu parler de son dernier roman.

Les corps inutiles fait partie de ces romans dont je sais que la lecture ne sera pas aisée. Le sujet qu’il aborde est délicat mais sa lecture m’est nécessaire. Je me suis lancée dans ce livre avec un mélange d’angoisse et d’espoir. Et j’en suis ressortie changée.

Lire la suite

Cheryl Strayed, « Wild »

Wild blog

8 sur 10

À 15 ans, je n’avais jamais quitté l’Europe mais je ressentais déjà un profond besoin de voyager. Quand, dix ans plus tard, mes envies se sont concrétisées, j’ai compris, petit à petit, à quel point la marche et la découverte d’une kyrielle d’ailleurs allaient jouer un rôle fondamental dans mon évolution personnelle. C’est donc tout naturellement que je me suis offert Wild, le récit d’un projet fou : à 26 ans, Cheryl Strayed décide de mettre de l’ordre dans sa vie dissolue en traversant le Pacific Crest Trail, un immense sentier de randonnée aux États-Unis. Je me suis plongée dans ce livre en espérant y trouver d’autres mots que les miens, qui réussissent à exprimer l’importance du voyage. Lire la suite

Rowan Coleman, « Avant de t’oublier »

Memory book

8 sur 10

Je vous ai déjà parlé plusieurs fois d’Avant toi, ce si beau roman de Jojo Moyes, qui m’avait tant émue. Il a été publié en français aux éditions Milady. Alors même si 99% de ce qu’ils proposent ne m’intéresse pas, je suis toujours de près leurs nouvelles parutions, au cas où ils auraient la bonne idée de proposer un autre roman du même acabit. La présentation d’Avant de t’oublier m’a tout de suite attirée. Je l’ai donc très vite acquis en VO, impatiente de savoir s’il serait à la hauteur des mes attentes.

Lire la suite

Chronique express : Barbara Abel, « Derrière la haine »

Derrière la haine blog

Présentation de l’éditeur :

D’un côté, il y a Tiphaine et Sylvain ; de l’autre, il y a Laetitia et David. Deux couples voisins et amis, ayant chacun un enfant du même âge. Deux couples fusionnels et solidaires qui vivent côté à côte dans une harmonie parfaite. Jusqu’au jour du drame. Un tragique accident fait voler en éclats leur entente idyllique, et la cloison qui sépare leurs maisons tout comme la haie qui sépare leurs jardins ne seront pas de trop pour les protéger les uns des autres. Désormais, les seuls convives invités à la table des anciens amis s’appellent Culpabilité, Suspicion, Paranoïa et Haine…

7 sur 10

Mon avis :

Voici un roman que j’ai dévoré en deux petites après-midi de lecture. L’auteure a su me plonger au cœur de l’intrigue dès les premières pages : une dispute éclate entre deux voisines, une dispute à l’ampleur mystérieuse au regard de la situation qui l’a provoquée. Retour en arrière. L’histoire démarre quelques mois plus tôt, et suit son cours jusqu’à cette scène qui servait d’ouverture au roman. Les pages se tournaient toutes seules : le roman est écrit dans une langue limpide, presque pauvre, mais l’intrigue m’a captivée et j’ai totalement fait fi de l’absence de style pour m’immerger totalement dans le roman. Je me suis immédiatement prise au jeu, me demandant quels étaient les desseins de chacun.

Barbara Abel décrit avec précision les pensées de chaque personnage : chaque idée est observée à la loupe avant d’être disséquée pour que les lecteurs et lectrices sachent exactement ce qui se passe dans la tête des protagonistes. J’aurais aimé une telle précision dans la personnalité de ceux-ci. Je ne me suis attachée à aucun d’entre eux car leur personnalité n’est jamais décrite. Tous semblent agir mécaniquement, dépouillés de tout sentiment même à l’égard de leurs enfants ou de leur douce moitié. Chacun, chacune cherche le soutien de l’autre, son approbation, mais je n’ai vu aucune affection relier les protagonistes. J’ai trouvé ça dommage car cela aurait donné une plus grande intensité au roman, et en particulier à la fin, que j’ai trouvée trop rapide et pas très bien amenée.

Conclusion :

Malgré un dénouement décevant et une psychologie des personnages trop superficielle, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce petit roman. Ce n’est certainement pas de la grande littérature, mais Derrière la haine a su me captiver de la première à la dernière page, ce qui est la première chose que je demande à un roman policier.